ICT États-Unis

1825 Jefferson Place, NW
Washington, DC 20036
États-Unis d'Amérique
Téléphone: +(1) 202-785-1515
Fax: (202) 785-434
info@savetibet.org

ICT Europe

Vijzelstraat 77
1017HG Amsterdam
Pays-BAs
Téléphone: +31 (0)20 3308265
Fax: +31 (0)20 3308266
icteurope@savetibet.nl

ICT Allemagne

Schonhauser Allee 163
10435 Berlin
Allemagne
Téléphone: +49 (0)30 27879086
Fax: +49 (0)30 27879087
info@savetibet.de

ICT Bruxelles

11, rue de la liniere
1060 Bruxelles
Belgique
Téléphone: +32 (0)2 609 44 10
Fax: +32 (0)2 609 44 32
ict-eu@savetibet.org

Les sénateurs Jean-François Humbert et André Gattolin participant à la 6ème Conférence internationale des parlementaires sur le Tibet, Ottawa, 28 avril 2012

Attaché à la non-violence, soucieux de mettre en place des institutions démocratiques pour son peuple en exil et dans son pays natal, respectueux de la Constitution de l’Etat auquel celui-ci se trouve incorporé depuis 1950… Pourquoi le Dalaï-Lama ne parvient-il pas à être considéré en Occident pour ce qu’il est : l’un des principaux leaders de l’opposition démocratique au parti-Etat qui dirige actuellement la Chine ? Chacun des points précités constitue pourtant une évidence pour qui connaît un peu la question tibétaine…
L’attachement à la non-violence est celui dont le Dalaï-Lama est le plus fréquemment crédité. Depuis des décennies que dure l’occupation du Tibet par laChine, il n’a jamais varié de position à cet égard, dans le cadre de la solutionpolitique et diplomatique qu’il préconise et qu’il a dénommé la ” voie du milieu “. Aujourd’hui, alors que la mainmise du régime de Pékin se fait toujours plus oppressante à la suite du soulèvement tibétain du printemps 2008, le désespoir des Tibétains s’exprime par une série dramatique d’auto-immolations par le feu. C’est-à-dire par une violence qu’ils tournent contre eux-mêmes, non pas contre les Chinois.

Moins connu, le deuxième point mérite tout autant notre attention. En effet, le Gouvernement tibétain en exil à Dhamramsala, en Inde, a mis en place des institutions démocratiques pour la communauté tibétaine réfugiée hors de Chine. Contrôlé par un Parlement élu par environ 130 000 Tibétains exilés dans le monde, un pouvoir exécutif bien organisé gère les intérêts matériels et moraux de cette diaspora. Elu au suffrage universel depuis 2001, le Premier Ministre s’est vu transférer au printemps dernier les pouvoirs politiques antérieurement détenus par le Dalaï-Lama. Le titulaire actuel de la fonction, le docteur Lobsang Sangay, est un Tibétain de la jeune génération, né en Inde, éduqué aux Etats-Unis et diplômé de Harvard. La démocratisation des institutions tibétaines voulue par le Dalaï-Lama est donc une réponse convaincante aux accusations portées contre lui par les autorités de Pékin de vouloir restaurer son pouvoir “théocratique” antérieur à 1950. Mais ce n’est pas tout : les autorités de Dharamsala proposent également une démocratisation des institutions du Tibet chinois.

Ce troisième point est presque complètement ignoré. Il fait pourtant l’objet de tous les efforts des autorités tibétaines en exil. Interrompu depuis 2002, le dialogue entre les autorités chinoises et les envoyés du Dalaï-Lama a ensuite repris peu après les événements de 2008. Le but de ce dialogue, du côté tibétain, est évidemment de parvenir à une solution négociée du problème du Tibet. Cette solution, présentée en novembre 2008 sous la forme d’un Mémorandum, propose une véritable autonomie pour les régions de peuplement tibétain, dans le strict respect de la Constitution actuelle de la République de Chine. Car celle-ci prévoit des droits particuliers pour les ” nationalités “. Mais il est vrai que ceux-ci n’existent que sur le papier. Ils sont quotidiennement bafoués par la réalité coloniale sur le terrain. Du côté chinois, le but de ce dialogue était de gagner du temps face à la réprobation internationale suscitée par la lourde répression des événements de 2008. Après une série de trois rencontres – et les Jeux Olympiques de Pékin passés – ce processus est désormais au point mort depuis début 2010.

Ce bref rappel des faits devrait amener les Occidentaux à s’interroger sur les raisons pour lesquelles ils ne soutiennent pas plus fermement le Dalaï-Lama, le gouvernement tibétain en exil et le peuple tibétain tout entier. Comment et pourquoi la propagande chinoise qui présente les Tibétains en exil comme une poignée d’anciens aristocrates regrettant leurs privilèges dans le Tibet d’”Ancien régime”parvient-elle en effet à rencontrer une telle bienveillance au sein d’un pays démocratique comme la France ? Mystère ! Il est pourtant évident qu’un Tibet réellement autonome et doté d’élections libres constituerait un ferment démocratique pour une Chine qui évolue rapidement et en profondeur. On peut facilement imaginer pour qui voteraient les Tibétains s’ils avaient réellement le choix… Mais il est probable que les Chinois présents au Tibet ne voteraient pas, eux non plus, pour le parti-Etat qui dirige la Chine depuis 1949 ! Combien d’auto-immolations faudra-t-il encore avant que les démocraties occidentales se saisissent à bras le corps de cette question ? Il est urgent que celle-ci soit placée en haut de l’agenda des discussions entre Pékin et les chancelleries diplomatiques occidentales, et qu’elle soit traitée dans un cadre multilatéral, et non pas seulement bilatéral.

En attendant, en tant que sénateurs représentant des citoyens français sensibles dans leur ensemble à la question tibétaine, nous nous apprêtons à participer à la sixième conférence interparlementaire mondiale sur le Tibet, qui se tiendra du 27 au 29 avril au Canada, à Ottawa. Nous espérons que ces échanges entre élus originaires de tous les pays démocratiques pourront contribuer à hâter l’avènement d’une solution négociée, seule capable de soulager réellement et durablement les souffrances du peuple tibétain. Nous nous adressons aussi au Président de la République qui sera élu le 6 mai prochain pour lui recommander, lorsqu’il aura à évoquer la question du Tibet avec ses interlocuteurs chinois, de ne pas obéir à une realpolitik inspirée de considérations mercantiles et à courte vue. Bien au contraire, ce sera agir en ami de la Chine que de s’exprimer franchement pour faire comprendre à ses dirigeants qu’il est indigne de la grande puissance que ce pays prétend être devenue d’agir comme elle le fait à l’égard de la petite nation tibétaine.

Jean-François Humbert et André Gattolin sont respectivement président et membre du Groupe d’information sur le Tibet au Sénat.


Une tribune des sénateurs Jean-François Humbert et André Gattolin  publiée par le monde.fr

Le Monde.fr | 26.04.2012 à 08h50 • Mis à jour le 26.04.2012 à 08h50

Par Jean-François Humbert, sénateur UMP du Doubs, André Gattolin, sénateur EELV des Hauts-de-Seine

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/26/n-oublions-pas-le-tibet_1691144_3232.html

Avec l’aimable autorisation des auteurs.


Share/Save/Bookmark

Témoignage d'un moine tibétain arrêté en Chine


Nouvelobs

Robert Badinter présente le Dalaï Lama à Bercy le 7 juin 2009

Get the Flash Player to see this player.
www.dalailama-paris2009.fr
Site du Gouvernement tibétain en exil Le site du bureau du Dalaï Lama Blog où la dissidente tibétaine Woeser publie ses articles Site d'information sur le Tibet Centre tibétain pour la Démocratie et les Droits de l'Homme