ICT États-Unis

1825 Jefferson Place, NW
Washington, DC 20036
États-Unis d'Amérique
Téléphone: +(1) 202-785-1515
Fax: (202) 785-434
info@savetibet.org

ICT Europe

Vijzelstraat 77
1017HG Amsterdam
Pays-BAs
Téléphone: +31 (0)20 3308265
Fax: +31 (0)20 3308266
icteurope@savetibet.nl

ICT Allemagne

Schonhauser Allee 163
10435 Berlin
Allemagne
Téléphone: +49 (0)30 27879086
Fax: +49 (0)30 27879087
info@savetibet.de

ICT Bruxelles

11, rue de la liniere
1060 Bruxelles
Belgique
Téléphone: +32 (0)2 609 44 10
Fax: +32 (0)2 609 44 32
ict-eu@savetibet.org

h2>

Image : http://www.eurosduvillage.eu/

??En face de nous, beaucoup d?incompr?hension??

Le b?timent est tr?s officiel et froid. Il accueille une centaine de personnes?: diplomates, chercheurs, universitaires. C?est la mission diplomatique chinoise ? Bruxelles, la voix de la Chine aupr?s de l?Union Europ?enne.
Pour avoir des renseignements sur ce que font concr?tement ces officiels chinois, il faut s?armer de patience. Le service de presse n?est pas autoris? ? parler???en direct?? au t?l?phone. Les questions doivent ?tre pos?es par ?crit, ? l?avance, les r?ponses sont fournies 2 ? 3 semaines plus tard, tr?s laconiques et par ?crit ?galement. Tout reste sous contr?le.
Nous obtenons quelques informations sur le service ?conomique de vive voix?: il est compos? d?une ?quipe de 17 personnes, dont les principaux contacts sont les fonctionnaires de la Commission. Actuellement, deux enqu?tes europ?ennes sont en cours contre des soci?t?s chinoises.? Un regret exprim? par cette source anonyme, une jeune femme parlant parfaitement l?anglais?: ??On passe beaucoup de temps ? expliquer nos positions. En face de nous, beaucoup d?incompr?hension?!??.
A notre demande d?interview du ma?tre des lieux, la r?ponse est polie?mais ferme.??L?ambassadeur Song Zhe est trop occup??pour vous recevoir??. L?homme a pourtant la r?putation d?un homme accessible. Cinquante ans, ?conomiste de formation, il a ?t? pendant 9 ann?es diplomate en Europe, dont 7 ? Londres. L?Europe, c?est sa sp?cialit?. ?L?ambassadeur se d?place r?guli?rement ? Strasbourg?: ? chaque fois que le Parlement discute en session pl?ni?re d?une r?solution importante pour la Chine. A Bruxelles, il participe ? divers sommets, colloques, think tanks. Il accepte les ?changes informels. En 2010, il s?est d?plac? ? quelques 80 ?v?nements et manifestations.

52 th?mes de discussion identifi?s

Entre l?Europe et la Chine, il y a de quoi discuter. Changement climatique, coop?ration scientifique, propri?t? intellectuelle, acc?s aux march?s publics chinois… On ne compte pas moins de 52 th?mes de discussions identifi?s, objets de r?unions r?guli?res. ?La Chine tente d?expliquer, de convaincre, de s?duire.
Cela passe aussi par des initiatives plus grand public. 2011 a ainsi ?t? d?cr?t?e??Ann?e Chine-Europe de la jeunesse??. Et puis, une journ?e ??portes ouvertes?? sera organis?e ? la Mission Permanente de la Chine ? Bruxelles, en mai prochain. Il sera alors possible de visiter le b?timent d?crit plus haut.

Des rapports difficiles avec le Parlement europ?en

L?ambassadeur Song a moins de soucis ? la Commission qu?au Parlement. Le Parlement a en effet l?habitude de prendre position sur tous les dossiers ??Droits de l?Homme?? en Chine. Ainsi en est-il lorsque le 8 octobre 2010,?le Prix Nobel de la Paix est d?cern? ? l?intellectuel Liu?Xiaobo, qui purge 11 ans de prison en Chine. Il appelait ? la libert? d?expression ainsi qu?? l?instauration d??lections dans son pays. Le Parlement europ?en se r?jouit de ce Nobel. Cela fait plus de 10 mois que des d?put?s r?clament ? la Chine la lib?ration de Liu Xiaobo. Le d?put? vert allemand Reinhard B?tikofer interroge?donc tout naturellement la Commission en novembre?: ??Quelles mesures va-t-elle prendre pour contribuer ? lib?rer M.?Liu?en Chine????.
Ce genre de questions, la diplomatie chinoise n?aime pas du tout. Le fait qu?elle vienne d?un membre ??suppl?ant?? de la D?l?gation pour les relations avec la R?publique Populaire de Chine, encore moins. Cette d?l?gation, cr??e au Parlement ? la fin des ann?es 80, suit toutes les affaires qui font d?bat entre P?kin et Bruxelles. Elle est pr?sid?e par Renzo Rivellini, un d?put? italien de droite. Une carri?re politique ? Naples, un slogan ??Plus de sud en Europe?!??. Mais rien dans sa biographie qui ?voque une quelconque connaissance approfondie de la Chine contemporaine.
La repr?sentation chinoise ? Bruxelles n?a sans doute rien ? craindre du d?put? Rivellini, mais lorsque d?autres d?put?s osent critiquer la politique de la Chine au Tibet, c?est autre chose. En novembre 2010, une motion circule au parlement pour s?inqui?ter de la pr?dominance du mandarin dans les ?coles tib?taines. La riposte chinoise ne se fait pas attendre et arrive par mail?: ??La Chine fait des efforts pour le d?veloppement de la langue tib?taine, 10?000 professeurs bilingues sont recrut?s dans les ?coles.?? Et l?Ambassadeur de conclure dans sa lettre?: ??J?esp?re que ces informations contribueront ? la v?rit? sur notre d?sir d?une ?ducation bilingue au Tibet??. ?Un fonctionnaire du parlement r?sume?: ??Les Chinois recherchent le dialogue sur le sujet, mais d?s qu?on aborde des questions pr?cises, des noms, ils sont g?n?s??
Et rien de tel pour amadouer le Parlement que d?inviter les d?put?s ? une mission de d?couverte, tous frais pay?s par la Chine.??Des voyages d?une semaine, pendant lesquels on ne peut pas ?chapper ? la propagande. Mais on le sait, avant de partir?? confie un employ? du parlement qui a accompagn? un des groupes de parlementaires.

Reconnaissance de l??conomie de march? et lev?e de l?embargo sur les armes?: les deux priorit?s de la Chine

En deux ans, l?ambassadeur Song a rencontr? deux fois Philippe ?tienne, son homologue de la Repr?sentation Permanente de la France ? Bruxelles. ??Un ?change de vues assez g?n?ral?? commente Laurent Cabr?ra, conseiller ?conomique pour les relations internationales, en charge de l?Asie.??Les Chinois sont plus actifs aupr?s des capitales que des repr?sentations des ?tats ? Bruxelles??. Et font-ils une diff?rence entre les grands et les petits ?tats?? ??Avec nous, ils sont directs et polis. Avec les petits ?tats, des coll?gues m?ont rapport? qu?ils pouvaient ?tre plus cassants.?? Confirmation de cette attitude aupr?s d?un sp?cialiste de la Chine au Parlement europ?en?: ??M?me si [les officiels chinois] affirment traiter tous les pays sur un pied d??galit?, ils ne sont pas na?fs, ils privil?gient les grands?!??.
Ces derniers mois, deux affaires mobilisent la Chine aupr?s des 27. D?une part, la lev?e de l?embargo des ventes d?armes. Et d?autre part, la reconnaissance du statut d??conomie de march? ? la Chine. L?embargo date de 1989 et fait suite ? la r?pression de Tiananmen. ?Le statut d??conomie de march? est une revendication qui fait suite ? l?adh?sion de la Chine ? l?OMC en?d?cembre 2001. Ce statut faciliterait les exportations de la Chine vers l?Europe.
Les ??aimables pressions?? chinoises sur ces deux sujets s?adressent notamment ? Lady Ashton, qui g?re d?sormais les Affaires ?trang?res de l?Union. L?Europe va t-elle faire un geste, va-t-elle n?gocier, en ?change, le respect de quelques r?gles de bonne conduite dans le domaine ?conomique?? ??Au si?ge de Business Europe, l?antenne du patronat europ?en, Carsten Dann?hl est conseiller ? l?international, en charge de plusieurs pays d?Asie dont la Chine. ??Nos relations avec le monde ?conomique chinois ? Bruxelles passent surtout par le personnel de l?ambassade. L?ambassade a aussi autorit? sur une petite structure qui renseigne les entreprises chinoises qui veulent investir en Europe, la CCIPT?? China Council for the Promotion of International Trade – qui emploie 2 personnes ? Bruxelles. En dehors du cadre officiel, nous avons peu de contacts avec les soci?t?s chinoises??.

Des entreprises chinoises attir?es par la dimension ??capitale de l?Europe?? de Bruxelles

Et pourtant, elles sont bien l?. Implant?es ? Bruxelles ? la fois pour conqu?rir le march? belge et conforter leur rayonnement europ?en. Car la capitale de l?Europe a valeur de symbole.
Ces derniers mois, les investissements et implantations d?entreprises chinoises ? Bruxelles connaissent d?ailleurs une nette acc?l?ration.
Ainsi, sous l?impulsion du groupe chinois HNA, un ?norme projet h?telier se pr?pare ? Woluwe-Saint-Lambert pour fin 2012, dans l?agglom?ration bruxelloise, ? la place d?un ancien h?tel appartenant ? la compagnie a?rienne belge Sabena. Le plus luxueux h?tel cinq ?toiles de la capitale europ?enne pourrait devenir le futur lieu de r?sidence du gouvernement chinois lors de ses visites officielles. ?Le symbole politique est clairement assum? par HNA.
Autres investissements, bancaires cette fois. Les deux plus grandes banques chinoises ont install? une succursale ? Bruxelles, ? deux mois d?intervalle. En d?cembre 2010, l?inauguration de Bank of China, l?une des 4 banques d?Etat compte parmi ses invit?s, le gouverneur de la Banque Centrale Belge, un ministre belge, deux ministres de la r?gion de Bruxelles.
En janvier 2011, ICBC – International Commercial Bank of China?-, num?ro un mondial dans le domaine de la capitalisation boursi?re ouvre ? son tour. Commentaire du ministre belge de l?Entreprise, Vincent Van Quickenborne?:??On peut comparer les investissements de la Chine en Belgique aux investissements am?ricains des ann?es 60 et 70????Une autre analyse, celle-l? ? plus long terme et en off par un autre officiel?: ??Les banques chinoises vont permettre aux entreprises chinoises d?investir ou de racheter des entreprises locales. Elles s?int?ressent aussi aux soci?t?s ?trang?res qui font des affaires avec la Chine. Et plus tard, elles entreront en comp?tition avec les banques locales, en jouant sur les co?ts.??.

Des lobbyistes efficaces et discrets

M?me si les plus grosses soci?t?s chinoises n?ont pas de bureaux officiels ? Bruxelles, elles ont bien compris l?importance d??tre proche des institutions europ?ennes pour anticiper les ennuis ? venir.
C?est le cas du g?ant Huawei Technologies, ?quipementier dans les t?l?coms d?origine chinoise – ?quivalent en taille du groupe Alcatel Lucent?-, qui est enregistr? aupr?s de la Commission europ?enne comme lobbyiste. Ses d?penses d?clar?es?dans cette activit? de lobbying europ?en sont estim?es entre?50?000 et 100?000 euros?en 2010.
Le si?ge de Huawei Europe est bas? ? D?sseldorf, en Allemagne. A Bruxelles, Huawei sollicite des consultants non chinois ? Bruxelles. T?moignage anonyme une fois de plus. ???Des employ?s bas?s ? D?sseldorf viennent de temps en temps en formation. Ils parlent anglais et ont besoin d?un cours acc?l?r? sur les subtilit?s du fonctionnement de l?Union Europ?enne. Huawei a besoin aussi de rendez-vous ? la Commission. La soci?t? compte au moins 20 collaborateurs dans son service m?dia, ils ne sous-traitent pas leur lobbying??.
Huawei ?tait dans le collimateur de la Commission europ?enne l?an dernier, suite au d?p?t d?une plainte de la soci?t? belge Option. Huawei poss?de en effet une petite activit? de production de cl?s modem 3G qu?il vend tr?s bon march? aux op?rateurs europ?ens. Du coup, Option, dont les produits ?taient plus chers, a perdu tout son march?. Les Belges ont d?pos? plainte aupr?s de la Commission Europ?enne mais l?enqu?te n?est pas all?e jusqu?au bout. Huawei a en effet propos? une alliance technologique sous forme d?un rachat ? la soci?t? belge qui a naturellement retir? sa plainte, ainsi qu?un projet de centre de R&D commun en Belgique.
Dans le registre des lobbyistes chinois de la Commission Europ?enne, on trouve p?le-m?le un repr?sentant des industries de teintures et pigments, une soci?t? de consultants bas?e ? Hong Kong, des soci?t?s pas toujours tr?s connues du grand public europ?en.
Par exemple, China Lanfa Enterprise, soci?t? de commerce sp?cialis?e dans les ustensiles de cuisine, les v?tements et les lampes LED. Budget annonc? de lobbying?: 500?000 euros. Ou encore Hutchinson Whampoa, un groupe aux multiples filiales?: ?nergie, infrastructures portuaires, vente de d?tail t?l?communications. La soci?t? d?clare 250?000 euros de d?penses de lobbying en 2009.

??Les Chinois peuvent tout se permettre??

Paul de Clerck, animateur du collectifALTER-EU – Alliance for Lobbying Transparency and Ethics Regulation – est persuad? que ??de plus en plus d?entreprises vont louer ici les services de consultants pour booster leur r?putation aupr?s des d?cideurs europ?ens??.
Une opinion partag?e par un repr?sentant d?un cabinet de conseil, anonyme, mais qui ne cache pas un certain alarmisme?: ??La grande question, c?est?: o? vont-ils s?arr?ter dans l?occupation de l?Europe?? Les Chinois peuvent tout se permettre?:?contr?ler des ports en Gr?ce, investir dans des a?roports, des r?seaux T?l?com, sauver quelques pays europ?ens de la faillite?!?? ?.
Et comment r?agit la Commission?? Au cas par cas. Elle ne trouve par exemple rien ? redire quand une soci?t? n?erlandaise de fibres optiques – Draka Holding – est approch? par un groupe chinois. La comp?tition a tourn? finalement au profit d?un partenaire europ?en mais en amont, les politiques en France ou en Italie ont cri? au scandale.
En revanche, la Commission n?est pas dupe sur les m?thodes de lobbying douteuses.
Retour sur une bataille qui a oppos? la CEPIFINE (Conf?d?ration des industries europ?ennes du papier) et les grands industriels chinois du papier, en particulier Chenming Paper Group et une alliance de producteurs chinois et indon?siens.
Une opposition symbolis?e par la mise en ligne d?un site internet, test? par les papetiers chinois?: ??Un million d?emplois est menac? dans l?imprimerie et l??dition europ?enne ? Cliquez ici?!??. Il s?agissait de d?montrer que les barri?res douani?res en Europe ont des cons?quences catastrophiques pour la fili?re. Et qu?il fallait les laisser vendre leur papier en Europe ? un prix tr?s bas. R?action outr?e des professionnels fran?ais des industries graphiques?: ??On se moque du monde. C?est la Chine qui fait dispara?tre des emplois en Europe et pas l?inverse?!?? ?La Direction de la Concurrence de la Commission Europ?enne a maintenu le cap, consid?rant que l?importation de papier chinois faisait l?objet de dumping. Le papier couch? chinois, utilis? pour les documents publicitaires et les magazines, devrait ?tre tax? de 39% dans les mois qui viennent. Une affaire quelque peu ironique quand on sait que le papier a ?t? invent?… en Chine.

Une nouvelle ?re pour d?passer les incompr?hensions??

Les faiblesses de la communication chinoise en direction de l?Europe, Stanley Crossick les a analys?es. Cet ??ami de la Chine?? d?c?d? r?cemment, ?tait membre honoraire de l?Institut des ?tudes Contemporaines Chinoises ? Bruxelles. Il s?exprimait ainsi sans complaisance au printemps dernier ??Les d?clarations publiques de la Chine sont en g?n?ral inappropri?es et souvent contre-productives. Alors que les Chinois pensent ?tre compris, leurs propos sont re?us par les acteurs europ?ens comme des slogans, leur rh?torique est inaudible. Face aux critiques, les Chinois manquent souvent de r?activit?. Ils devraient s?appuyer sur des communicants occidentaux pour fluidifier leur communication et leur lobbying??.
Le conseil sera certainement retenu. En attendant qu?une nouvelle g?n?ration de diplomates apprivoise les m?urs et les coutumes de l?environnement europ?en.
Inversement, les Europ?ens devront aussi probablement ?voluer, et apprendre ? mieux conna?tre la Chine et ? ne plus la percevoir uniquement comme une source de menaces.


?dit? le 22 f?vrier 2011 | Par?Catherine VERGER sur?http://www.eurosduvillage.eu/Comment-la-Chine-s-attaque-a,4562.html?lang=fr


Share/Save/Bookmark

Témoignage d'un moine tibétain arrêté en Chine


Nouvelobs

Robert Badinter présente le Dalaï Lama à Bercy le 7 juin 2009

Get the Flash Player to see this player.
www.dalailama-paris2009.fr
Site du Gouvernement tibétain en exil Le site du bureau du Dalaï Lama Blog où la dissidente tibétaine Woeser publie ses articles Site d'information sur le Tibet Centre tibétain pour la Démocratie et les Droits de l'Homme